Voici le dossier de candidature à la BIENNALE DES LIONS 2010 que j'ai présenté. Les résultats seront communiqués avant la fin décembre. Ayant déjà participer à cet évènement, mon projet concerne le "Springbok", afin de ne jamais travailler deux fois sur le même animal.
     Cette année, la BIENNALE DES LIONS est jumelée avec l'AFRIQUE DU SUD, d'où le choix du springbok comme second animal.

Sans_titre_1

 

 LUG

 

 

  Comme vous le savez, je suis citoyen lyonnais, et particulièrement fier de tenter à nouveau de faire rayonner cette belle ville à travers le monde. Lyon, qui ne tient pas son nom du grand félin africain, mais de « Lug ». Dieu suprême du panthéon celtique. Divinité bienveillante représentée sous les traits d’un homme avec des jambes et une tête de chèvre. Parfois aussi représenté sous la forme d’un corbeau, symbole accompagnant souvent Odin, dieu de dieux.

 Le culte de Lug, particulièrement fervent dans cette région de la Gaule il y a 2000 ans, a conduit le conquérant romain à baptiser ce lieu « Lugdunum », la colline de Lug. L’empire romain, jusqu’à sa chute en 476 n’aura pas pour vocation d’éradiquer les dieux « barbares », mais de les assimiler à son vaste panthéon. A partir du sixième siècle, la spiritualité change en Europe et Rome, devenue monothéiste, ne tolère plus l’existence de dieux « païens ». Faisant disparaître par des moyens divers et variés les différentes formes d’animisme persistant en France. Pour cela, la mythologie chrétienne remplace ces divinités par des saints et attribue des « patrons » aux différentes villes.

 Mais la fervente résistance des lugduniens conduisit l’église vers une sombre extrémité : Afin de définitivement rendre ce dieu impopulaire, le Vatican met en place une iconographie représentant le diable sous les traits de « Lug ». Un homme avec une tête de chèvre et des jambes aux pieds fourchus. Cette propagande fut particulièrement efficace et mit un point final au culte du dieu Lug.

 

 A présent, la « Biennale Des Lions Lyon – Afrique du Sud 2010 » me donne l’occasion de tenter de rétablir cette vérité. Je souhaite découper le springbok puis utiliser ses pattes postérieures et sa tête afin de reconstituer « Lug ».

 

 Lug sera de couleur noire, à la fois pour rendre hommage à la pigmentation originelle de l’Homme, celle des africains, mais aussi à l’autre symbole de Lug : Le corbeau. Des motifs blancs, semblables à ceux existant sur le lion que j’ai réalisé dans le cadre de la « Biennale des Lions 2008 » seront peints sur son corps. Ces lignes font référence à des personnages issus de dessins illustrant un de mes scénarii. Dans cette histoire, ces marques blanches sont l’attribut des dieux. Tout en étant une sorte de signature.

 

Schema_1  Schema_2  Schema_3

 

LUGweb

PHOTO_1  PHOTO_2

en voiçi un prototype miniature.

      J'attends vos commentaires ...

 

(MALHEUREUSEMENT la biennale à définitivement été annulée, pas eu le plaisir de réliser LUG en grand)